INFORMATIONS PERMANENTES ET ARCHIVES > Archives des activités > Archives des Assemblées générales >
Rapport moral 2006.
 

Lecture donnée par le Président lors de l’AGE du 9 décembre 2006.

  • Le projet de rapport moral qui vous est présenté cette année se propose de vous faire le point rapide de notre action en 2006, en référence à ce que nous avions prévu, et d’esquisser ce que nous pensons réaliser l’an prochain. Notre politique générale a été définie, pour l’essentiel, lors du changement de président il y a trois ans, s’inscrivant dans la ligne traditionnelle de la Fédération , validée au fur et à mesure des AG passées, elle n’ a pas subi d’inflexion majeure depuis.
  • A la veille de changements programmés dans le pays, dans un avenir proche, chacun de nous devra veiller, dans sa sphère d’influence respective, au maintien de nos valeurs et des moyens qui y seront consentis.
  • Certains de nos projets ont abouti, d’autres sont en cours de réalisation, d’autres enfin sont toujours à l’état de concept, ou en devenir.
  • Je vous invite à examiner successivement ces trois volets de notre action.

ACTIVITES TRADITIONNELLES ET REALISATIONS

.

  • Comme d’habitude, nos activités traditionnelles ont reposé sur une visite en régiment, qui au printemps dernier nous a conduits au 61e RA de Chaumont, où la quarantaine de participants que nous étions fut parfaitement accueillie.
    • Dans ce groupe hétérogène beaucoup ont découvert avec surprise un corps doté de moyens de reconnaissance par la troisième dimension, et d’interprétation, tout à fait à la pointe du progrès, et dont on se doute qu’il doit être absolument indispensable au commandement en opérations.
    • Le seul regret que l’on puisse formuler au sujet de cette visite, fut de constater que ce magnifique régiment, le seul de l’arme à porter la fourragère rouge, n’avait plus d’amicale, pour des raisons diverses liées en partie à son recrutement géographique national qui permet difficilement une implantation locale et au vieillissement -**de l’équipe précédemment en place. Cette situation devrait être améliorée en agissant dans deux directions possibles : la première reposerait sur les anciens de la période « canon », à mobiliser ou remobiliser, et la deuxième sur la fédération nationale du repérage, dont l’objet est voisin des activités actuelles du régiment, les deux n’étant d’ailleurs nullement exclusives l’une de l’autre.
  • Wagram ensuite, où, début juillet, nous nous sommes retrouvés entre artilleurs de toutes origines et spécialités pour commémorer le passé et préparer l’avenir avec les jeunes qui s’apprêtent à rejoindre leurs unités et à entrer dans le « vif du sujet »
    • Comme toujours également c’est l’occasion de faire le point sur la politique de l’arme, ses activités, ses équipements, tout en constituant une opportunité de contacts fructueux entre les diverses catégories d’artilleurs .
    • Là encore un regret, celui de voir, année après année, la participation de nos associations se contracter régulièrement ; certes l’éloignement de Draguignan par rapport au centre de gravité des forces et des associations est une explication, la date contrariant les projets estivaux de certains en est une autre, mais je vous invite à réfléchir tous ensemble aux meilleurs moyens de renverser cette tendance nullement inéluctable, pour redonner du lustre à cette rencontre. La FNA pour sa part y attache beaucoup de prix.
  • La Sainte Barbe parisienne enfin, qui, non seulement se maintient, mais, avec l’appui du Musée de l’Armée, progresse d’année en année, d’une part en raison de l’attrait présenté pour tous par le spectacle des deux pièces de 75 hippomobiles de l’école et du 57, de la fanfare de l’école, mais aussi, sous l’impulsion du Général commandant l’EAA, par l’extension des invitations à l’ensemble des artilleurs d’active en service en Île de France.
  • Déplacements du président de la FNA.
    • Ils ont eu lieu, cette année, auprès des artilleurs de l’UAL , en compagnie du Général Bardon, à Poitiers pour le soixantième anniversaire de l’amicale des artilleurs poitevins, et à SY dans les Ardennes pour assister à la mise en place du canon de 75mm, couronnement de l’action inlassable de Mr Levieux et des artilleurs de la 3ème DIM en mémoire des combats de Stonne en Mai 1940.
  • Réalisations .
    • Signature de la Ranat
      • En chantier depuis deux ans au moins, le vœu exprimé par quatre fédérations d’armes de s’impliquer plus étroitement au service de l’armée d’active dans les domaines de la communication, du recrutement et de l’accompagnement des engagés, sous toutes les formes en échange d’une reconnaissance plus affirmée de l’Armée de terre, elle-même, a débouché au mois de juin dernier sur la signature d’un protocole et d’une convention entre le Cemat et les dites associations.
      • Ces documents déjà diffusés, soit en Conseil d’administration, soit par "l’Objectif", consacrent donc ce nouveau partenariat qu’il faut maintenant faire vivre et doter d’un contenu concret.
      • La Ranat : Réunion des Associations Nationales de l’Armée de Terre, qui fédère maintenant quinze associations et presque cent mille membres, est présidée par l’un des présidents de fédération, élu pour un an , le premier étant le président de la fédération de l’ABC. Structure légère, cette réunion n’utilise que les moyens de la fédération leader pour fonctionner.
      • Il va sans dire que cette réunion n’a aucunement l’intention de se substituer à quelqu’autre organisation existante dans le domaine de la représentation des diverses catégories de personnel liées au monde de la défense.
      • Il faut aussi préciser que chaque fédération garde une autonomie totale en ce qui concerne son existence et sa gestion, avec la faculté d’en sortir si les circonstances l’exigeaient .
    • L’objectif .
      • C’est un bulletin qui évolue bien entendu dans la continuité, mais nous avons cette année dû faire face à un changement majeur dans notre façon de le réaliser .En effet, vous savez que le point d’impression de Saint-Maixent s’est vu interdire de travailler au profit des associations. Nous avons donc dû étudier des solutions de remplacement, certaines nous auraient conduits à élever le prix d’abonnement, au-delà du raisonnable, nous avons donc choisi de faire appel à la reprographie : ceci nous oblige à faire la mise en page nous-mêmes et ce faisant à réclamer à nos auteurs des articles rédigés et expédiés par Internet, mais fort bien guidés par notre secrétaire général adjoint, le CE Wenden , nous avons négocié ce virage au mieux .
      • Quant au contenu, vous vous souvenez que j’avais indiqué, il y a quelques années déjà, après sondage auprès des lecteurs, qu’une inflexion serait opérée en faveur d’une plus grande proximité avec la défense en général et l’armée d’active en particulier, sa doctrine, ses activités, son actualité ... tout en maintenant l’équilibre indispensable entre les diverses rubriques et en n’oubliant pas que cette revue s’efforce d’être le lien entre tous : anciens combattants, cadres d’active ou retraités et jeunes engagés.
      • C’est, sous la direction du Gal Carmona le rédacteur en chef, ce que nous avons essayé de faire, à vous de juger et de nous indiquer votre degré de satisfaction et vos suggestions éventuelles.
    • L’Internet.
      • Là aussi ,il s’agit d’une de nos priorités majeures, entamée dès l’origine par la souscription d’un abonnement auprès de l’un des opérateurs du marché, pour nos correspondances courantes, poursuivie par la création d’un site réalisé avec l’aide de l’École et grâce aux efforts opiniâtres du Gal Bariller.
      • Nous pouvons dire aujourd’hui que le but est en grande partie atteint, avec un contenu enrichi chaque jour, des liens établis dans de multiples directions, un hébergement assuré pour les amicales volontaires, la possibilité d’adhérer et de s’abonner en ligne, pour ne citer que ces quelques points .
      • Les consultations, à ce jour, atteignent pratiquement 1200 par mois.
      • Pour la suite, car il ne s’agit pas de se reposer sur nos lauriers, nous avons, idée qui m’est chère, lancé des possibilités de retrouvailles entre artilleurs avec l’aide des amicales qui voudraient bien mettre leurs listes d’adhérents à disposition (sous réserve naturellement de conformité avec les impératifs de la CNIL).
      • Plus que jamais également , nous comptons sur ce moyen pour assurer les liaisons du réseau, que nous sommes en train de constituer avec les associations, les individuels et nous-mêmes, dans le cadre de notre Charte .

AFFAIRES EN COURS

.

  • Ouvrage sur l’artillerie en Algérie
    • Depuis l’été dernier, la phase de recueil de la documentation est en principe achevée, et j’en remercie les contributeurs, le plan adopté ; la rédaction, en cours, avance lentement mais sûrement, avec une équipe d’une demi douzaine de rédacteurs. Le Général Morisot en assure la coordination et la cohérence finale. Les éditeurs potentiels ont été contactés. Nous espérons une parution vers le troisième trimestre 2007, la limite longue étant la prochaine Sainte-Barbe, dans un an.
      • Cet ouvrage pourrait s’appeler « Artilleurs en Algérie » mais un appel est lancé à tous pour trouver un titre éventuellement plus « vendeur ».
  • Proposition d’une charte aux associations.
    • Œuvre de longue haleine également, le recensement des associations ayant été mené à bien par le colonel Petit a fait apparaître l’extrême diversité de celles-ci, tant dans leur existence propre que dans les liens qu’elles peuvent entretenir avec la FNA , ceux-ci allant pratiquement du tout au rien.
    • Un projet de charte clarifiant ces relations et proposant une adhésion à des buts communs et une organisation adaptée a été pour l’essentiel bien accueilli par les intéressées et validé au dernier conseil d’administration. L’un des points majeurs est que les signataires doivent s’engager à accueillir tout artilleur isolé ne disposant pas d’un autre point d’accueil du type régiment dans son environnement des 100km. Aucune opposition significative ne s’étant manifestée, cette charte va donc être proposée à la signature des associations volontaires.
  • Modifications des statuts.
    • Elles sont légères, et portent :
      • d’une part sur une mise en conformité avec les changements relatifs à la disparition de l’inspection de l’artillerie et à son remplacement, dans certaines de ses attributions, par l’EAA,
      • d’autre part, sur l’élargissement des conditions à remplir pour devenir membre de la FNA et rester ainsi dans le cadre des associations d’intérêt général habilitées à délivrer des certificats pour déductions fiscales. Un texte à deux options a été proposé aux présidents, il est aujourd’hui soumis à votre examen et à votre vote.

AFFAIRES EN DEVENIR

et ce sera naturellement l’objet de nos études de l’an prochain :

  • Opportunité d’adhésion à la fédération Maginot ? Nous avons pris des contacts avec cette fédération importante susceptible de nous apporter une aide dans un certain nombre de domaines ; nous examinons actuellement la question pour en déterminer l’intérêt réel.
  • Création d’une caisse de secours pour venir en aide aux membres qui en auraient besoin ?
      • C’est une idée que j’ai lancée au début de mon mandat mais qui n’a pu trouver de concrétisation faute de financement suffisant, la question actuelle est de voir si nous ne pourrions pas cependant créer dès maintenant la structure pour une activation progressive.
  • Décentralisation des AG ou CA .
    • Il s’agit là encore d’un réflexion née du constat que, les distances étant ce qu’elles sont, nous éprouvons certaines difficultés à regrouper à Paris de manière régulière les membres de nos organes de direction. Peut-être serait-il possible, à l’occasion, de nous réunir en province en nous adossant à un régiment lors d’une visite, à une amicale, ou à l’école en même temps que Wagram, ce qui résoudrait en partie le problème soulevé plus haut ?
  • Coopération avec l’AMRAF .
    • Nous avons depuis longtemps entrepris une politique de rapprochement avec cette association. Quelques points d’application ont été proposés :
      • Participation de l’ Amraf au maillage artillerie du territoire.
      • Participation de la FNA à la préparation du voyage annuel de l’Amraf.

CONCLUSION

.

Nous avons certainement progressé dans un certain nombre de domaines que je viens de citer mais il faut aussi constater que nombre de nos difficultés demeurent :

  • en premier lieu,
    • Le manque d’intérêt manifesté par pratiquement toutes les catégories, jeunes engagés d’active comme retraités , pour le mouvement associatif, qui se traduit par un nombre d’adhésions et d’abonnement stagnant.
  • en deuxième lieu,
    • Un soutien de plus en plus défaillant de nos autorités militaires (subventions, points d’impression ... ) malgré un discours louangeur sur le caractère indispensable de notre action.

Nos espoirs restent cependant intacts, quand nous constatons le rayonnement de l’arme, mieux reconnue dans les Opex, présente dans les manifestations et la communication ...

La vigilance pour l’avenir enfin, car nous sommes à la veille d’échéances très importantes où chacun perçoit bien que la défense en général aura beaucoup de mal à rester sur la lancée des années passées et du rattrapage en grande partie opéré grâce à la loi de programmation militaire.

  • Pour l’artillerie, en particulier, les menaces sont multiples : qu’il s’agisse de l’avenir de la composante sol-air ou du maintien sous l’écusson rouge de telle ou telle de ses spécialités pour ne parler que des plus visibles.

Que chacun à son niveau s’en fasse le défenseur et conserve l’espoir sans lequel rien n’est vraiment possible.






____________

Fédération Nationale de l'Artillerie