INFORMATIONS PERMANENTES ET ARCHIVES > Archives des activités > Archives des Assemblées générales >
Rapport moral 2004
 

Rapport Moral 2004

Discours prononcé par le Président lors de l’AG 2004

      • Au cours de l’année 2004, la Fédération a continué à tenir son rôle traditionnel, tout en lançant un certain nombre d’initiatives destinées à lui permettre de s’adapter aux conditions du temps présent et à la nouvelle armée professionnalisée, dont elle s’efforce d’accompagner la progression.
      • Dans son rôle traditionnel, elle s’est attachée à maintenir le contact le plus étroit possible avec les amicales et associations, ainsi qu’avec leurs régiments de rattachement, vis-à-vis desquels les relations sont généralement les plus cordiales et fructueuses. Le Président a eu l’occasion de le constater personnellement plusieurs fois, sur le terrain, au cours de l’année. Nos manifestations habituelles ont pu se dérouler sans difficultés particulières grâce à l’engagement de tout un chacun.
      • Particulièrement bien accueillie au 93e Régiment d’Artillerie de Montagne par le corps et sa très dynamique amicale, une cinquantaine d’amicalistes a pu se retremper, au printemps, dans l’ambiance d’une unité professionnalisée dotée des tout derniers équipements, qui lui procurent une efficacité maximum.
      • Avant l’été, nous avons pu renouer avec la commémoration de la victoire de Wagram, qui, les années passant, s’inscrit de plus en plus dans la mémoire collective des artilleurs, malgré une formule restant encore à stabiliser. Cette année, il s’est agi, pour l’essentiel, d’une journée de travail et de réflexion sur l’artillerie avec de nombreuses tables rondes, suivies des exposés de conclusions ; le général Thorette, chef d’état-major de l’armée de terre, a manifesté son intérêt en assistant à une partie des activités, et en s’adressant à l’ensemble du personnel au grand amphithéâtre. Les industriels de l’armement, invités, ont pu présenter leurs principales nouveautés aux visiteurs, à proximité immédiate des lieux de discussion. Cette journée fut aussi l’occasion d’inaugurer le monumentaux morts de l’artillerie et du train des équipages, enfin ramené de Fontainebleau et magnifiquement réinstallé en bordure de la cour d’honneur de l’Ecole, à proximité du Musée. Sans doute l’équilibre général de cette commémoration mérite-t-il d’être affiné, pour que chaque composante de l’arme, d’active, de réserve ou associative, y soit pleinement associée, dans le cadre festif et convivial de bon aloi, où il est bon de se retrouver. La réflexion est ouverte à l’Ecole.
      • Enfin, la Sainte-Barbe parisienne, dont nous nous sommes efforcés de redorer un peu le prestige en cherchant un « sponsor » pour financer la prestation de la pièce de 75 hippomobile du 57e RA. Le général Bresse, directeur du musée de l’armée, a accepté ce mécénat, qui se veut gagnant-gagnant, puisque cette pièce restera à sa disposition, pendant le week-end, pour ses propres actions de promotion, aux Invalides. C’est une voie que nous nous efforcerons d’approfondir et de pérenniser dans les prochaines années.
      • Deux évènements ont, par ailleurs, retenu notre attention ; il s’agit, en premier lieu, de la présentation, au printemps, par le ministre de la défense, des travaux relatifs à la révision du statut général des militaires. Notre espoir est naturellement de voir, lorsque le Parlement examinera le projet de loi, que les inquiétudes exprimées, ici et là, étaient sans fondement et que les avancées attendues, concernant notamment la protection du personnel, sont au rendez-vous. Il s’agit de la mise e application effective de la date du 5 décembre pour la journée nationale d’hommage aux morts pour la France de la guerre d’Algérie, même si cette date doit encore s’imposer face à certaines résistances et à la pesanteur des habitudes.
      • Motif de fierté : la participation et la haute tenue des nombreuses unités d’artillerie et de leur personnel, aux côtés des autres armes, sur les divers théâtres d’opérations où la France est engagée. Motif de satisfaction : la bataille du budget de la défense gagnée face aux exigences de « Bercy », toujours aussi prompt à user de sa variable d’ajustement favorite, et qu’il faut combattre tous les ans avec la même constance, pour que la loi de programmation conserve sa crédibilité.
      • Nous tournant, maintenant, vers l’avenir, chacun sait que nous sommes face à une transition qu’il faut à tout prix prendre en compte. Rappelons-en les causes : fin de la conscription, restructuration, professionnalisation. Dans le même temps nos amicales, touchées à la fois par le vieillissement et par la dissolution de nombreux corps supports, sont confrontées à la disparition faute de recrutement, ou au regroupement autour des régiments restants. Quelles solutions alors pour relancer notre mouvement, sans renier le passé, héritage commun et guide de notre avenir ? Les pistes ne sont pas si nombreuses. Elles consistent, sans doute, en un regroupement de nos forces, toutes catégories confondues, autour de la Fédération nationale de l’artillerie et du général « Père » de l’arme, chargés de déterminer la direction à suivre et la politique générale à appliquer. Les instruments de mise en œuvre seraient bien naturellement les pôles régiments amicales, complétés par un réseau souple d’animation, d’information et de recueil, à la disposition des « isolés géographiques » de toute nature et de tout artilleur désireux de conserver un lien avec son arme et ses anciens camarades. Ces réseaux seraient animés par des responsables locaux de proximité et innervés par internet, système maintenant largement répandu.
      • L’Objectif, pour sa part, dans un cadre rénové, verrait son rôle accru et sa diffusion élargie.
      • Dans ce but, un grand effort de communication est à entreprendre pour nous faire connaître des populations nouvelles, les engagés en tout premier lieu, les retraités, voire les amis de l’arme.
      • En résumé, il s’agirait, pour nous, d’ajouter au devoir de mémoire, qui doit rester notre impératif, une action d’accompagnement actif de la nouvelle armée professionnelle dans les domaines du recrutement, de l’assistance, et de la reconversion. En attendant d’avoir validé, tous ensemble, ces principes de base, et le sondage en cours ne semble pas aller contre, c’est dans cette direction que nous pourrions œuvrer en 2005.





____________

Fédération Nationale de l'Artillerie