INFORMATIONS PERMANENTES ET ARCHIVES > Archives des éditoriaux de la revue l’Objectif >
124- La nouvelle réforme en cours.
 

Lentement mais sûrement, au moment où j’écris ces quelques lignes, le brouillard semble se lever sur le futur paysage français de la défense. Dans un climat de relations tendues tant sur le plan international que sur le plan intérieur nous parviennent, sous la forme d’un véritable brouhaha un certain nombre d’annonces ou de rumeurs, sur la nouvelle réforme en cours de la Défense .

  • La Révision générale des politiques publiques, qui concerne tous les ministères vient de faire l’objet d’exposés officiels et de divulguer quelques lignes de force. Nous apprenons qu’elle n’est pas encore achevée. Cette démarche se situe pourtant en amont du livre blanc qui définira les menaces à prendre en compte, nos hypothèses d’engagement, les contrats fixés aux armées dans ce cadre et sûrement nos alliances. La parution de ce document essentiel semble devoir subir quelque retard. Ce n’est pourtant qu’une fois ces travaux aboutis que pourra s’élaborer la nouvelle Loi de Programmation Militaire. Nous avons tenu dans cette livraison à fournir quelques éléments à nos adhérents qui leur permettront, je l’espère de suivre de plus près cette réforme qui promet d’être d’une ampleur inégalée. Sur les perspectives d’un retour dans le commandement intégré de l’Otan ou sur le renforcement de nos troupes en Afghanistan les esquisses commencent à prendre de la consistance, même si beaucoup d’informations manquent encore à l’appel ou demanderont à être confirmées.
  • Certes, dans la situation actuelle nul ne peut s’élever contre les mesures de rationalisation susceptibles de contribuer au redressement général de l’économie du pays, mais il importe de savoir jusqu’où aller sans remettre en cause l’essentiel.
  • Comme d’habitude, les armées traditionnellement "bon élève" de la classe en ce domaine, du fait de leur statut, de leur esprit de discipline et de leurs habitudes, se préparent à être rudement traitées, par la double logique des restrictions budgétaires générales et de la nouvelle donne prévisible du livre blanc. Dans cet ensemble, l’artillerie, pourrait figurer parmi les armes les plus touchées , perdant sans doute la brigade d’artillerie, trois régiments, et l’essentiel de sa composante sol-air, tout en subissant, comme d’autres d’ailleurs, un nouveau mouvement brownien d’unités.
  • Sans donner dans le pessimisme, comment assurer dans ces conditions les missions, maintenir les savoir- faire dont la nécessité se fera sentir inéluctablement un jour ? En temps de paix, les appuis, presque toujours négligés sous prétexte que la menace du moment n’en justifie pas le besoin, manquent ensuite cruellement, comme l’histoire nous l’a si souvent appris.
  • Pour la FNA en particulier cela signifie de nouvelles disparitions de régiments d’active, parrains de nos Amicales, creusant encore plus le vide déjà constaté sur le territoire, impliquant de nouveaux regroupements géographiques et la nécessité accrue des relais d’artillerie envisagés de longue date. Le processus en vigueur jusqu’à présent, l ’appel à des volontaires, n’ayant pas eu l’écho espéré, c’est la démarche inverse qui va être mise en œuvre, en nous attachant à déterminer des candidats potentiels qui seront directement sollicités par la fédération, merci d’avance à tous ceux qui répondront favorablement à notre demande.
  • Enfin notre prochain conseil d’administration va débattre de la création et de l’organisation du Fonds de secours au profit de nos adhérents dans la difficulté. Il sera alimenté par un léger prélèvement sur nos abonnements, par les bénéfices de notre ouvrage "Artilleurs en Algérie" , et les contributions éventuelles de généreux donateurs ... Je donne d’ores et déjà , rendez-vous au maximum d’entre vous le 22 mai prochain au 1° RA de Belfort puis à Draguignan pour les fêtes de Wagram le 3 juillet . Général de division (2s)Alain Pédron





____________

Fédération Nationale de l'Artillerie