INFORMATIONS PERMANENTES ET ARCHIVES > Archives des éditoriaux de la revue l’Objectif >
Editorial du n°143 : Valorisons l’Artillerie et les Artilleurs
 

Valorisons l’Artillerie et les Artilleurs

Nous vivons dans les armées, une période à la fois déconcertante et intéressante : la France se désengage de l’Afghanistan et s’engage en force au Mali. Nous avons peu d’informations sur le déroulement de cette opération qui, rappelons le, est menée pour le moment, par la France et le Mali seuls, les alliés ne fournissant qu’une aide relative.

De façon concomitante, la France s’apprête à publier prochainement un Livre Blanc sur la Sécurité et la Défense qui devrait redéfinir sa stratégie, son organisation et ses besoins capacitaires pour les années à venir. Les premiers échos laissent entendre que les études entreprises génèrent quelques tensions entre les différents acteurs ayant même entraîné la démission d’un ancien responsable de haut niveau, sollicité pour l’étude.

Le Gouvernement va se trouver devant des choix difficiles où l’incohérence ne sera pas de mise car le Mali semble préfigurer les engagements potentiels des prochaines années. Il constitue, en outre, une observation en vraie grandeur qui laissera apparaître nos besoins réels dans le domaine des capacités tant en volume qu’en qualité. I1 sera désormais difficile de soutenir l’argument selon lequel les forces françaises sont surdimensionnées par rapport aux conflits potentiels qui ne peuvent se dérouler que dans une coalition où les surcapacités des uns (américaines) compensent les impasses consenties par les autres.

Nous ne connaissons pas la teneur du Livre Blanc, mais déjà, avant même sa sortie, les informations qui circulent dans la presse laissent entendre que, dès 2013, la Défense devra faire des économies de plusieurs centaines de millions d’euros. Ceci est de mauvais augure !

En outre, au sein de l’Armée de terre dont le moral n’est pas au beau fixe, l’Artillerie continue à payer son lourd tribut par la dissolution du 8e Régiment d’Artillerie, celui d’Austerlitz, qui interviendra avant l’été 2013.

Les quelques comptes rendus des opérations au Mali, auxquels nous pouvons avoir accès, sans outrepasser les règles de sécurité, montrent que le renseignement est une fois de plus le souci majeur du Commandement, qu’il soit de niveau stratégique ou opérationnel.

Ce renseignement devrait être fourni en partie par l’Artillerie : ce sont nos drones qui donnent du renseignement d’origine image dans un espace qui couvre largement la zone d’action de nos forces terrestres et nos Batteries de Renseignement de Brigade qui, grâce aux systèmes essentiellement techniques dont elles disposent, produisent un renseignement plus rapproché. Toutes ces actions sont coordonnées, notamment dans la 3e dimension, en partie par l’artillerie et les artilleurs.

A l’appui de toutes ces réflexions, la Fédération Nationale de l’Artillerie s’est engagée dans une action visant à valoriser l’Artillerie et les Artilleurs. Une première opération concerne le renseignement : elle s’appuiera sur des témoignages, études, réflexions prospectives, notamment de la part de nos états-majors, comparaisons avec nos Alliés, mais aussi études menées par nos industriels.

Les Associations seront impliquées pour assurer les relais vers nos anciens, nos décideurs civils, militaires et politiques. Les vecteurs habituels que sont l’Objectif, le site Internet de la FNA et de l’AMAD et d’autres, seront naturellement utilisés.

Cette action ne pourra cependant réellement réussir que si tous les artilleurs, anciens et en activité, se sentent concernés pour promouvoir notre Artillerie.

Un dernier mot pour exprimer toute notre sympathie à la famille et à tous ceux qui ont connu le Général de Corps d’Armée René Coulloume-Labarthe, récemment décédé.

Cet artilleur particulièrement digne d’éloges, a été un véritable exemple à la fois comme Commandant de l’École, notamment pour les officiers de ma génération qui ont été formés à Châlons-en-Champagne, que dans tous les postes de haute responsabilité qu’il a occupés et dans lesquels il a agi, déjà à cette époque, pour valoriser l’Artillerie et les artilleurs.

Général de division (2S) Jean Pierre Meyer
Président de la FNA






____________

Fédération Nationale de l'Artillerie