INFORMATIONS PERMANENTES ET ARCHIVES > Archives des éditoriaux de la revue l’Objectif >
Editorial du n°147 - L’artillerie à l’honneur
 

ÉDITORIAL

L’Artillerie à l’honneur

Depuis quelques mois, nous avons pu assister à plusieurs cérémonies militaires présidées par le Chef d’État Major de l’Armée de terre, au cours desquelles des régiments et unités de notre Artillerie ont été mis à l’honneur.

En effet, le 35e Régiment d’Artillerie Parachutiste, les 40e et 61e Régiment d’ Artillerie, le 93e Régiment d’ Artillerie de Montagne, le 3e Régiment d’ Artillerie de Marine et le 68e Régiment d’ Artillerie d’Afrique ont vu épingler sur leur étendard la croix de la valeur militaire. La citation qui l’accompagnait mettait en exergue les actions menées par les artilleurs de ces régiments en Afghanistan.

Le 28e Groupe Géographique a aussi été cité.

Il n’était pas question de mettre en valeur une action régimentaire dans son ensemble car il y a bien longtemps que les forces françaises n’ont pas engagé un régiment d’artillerie en totalité dans une opération. L’action individuelle et celle des détachements de feux comme les Groupements Caesar ou de Renseignement comme les drones ou les Batteries de Renseignement de Brigade constituent en effet, désormais l’emploi privilégié des unités dans un combat qui a changé de nature. Il n’y de front et d’arrière mais une zone d’insécurité globale où chacun peut être victime d’engins explosifs improvisés, comme cela a été le cas, où les observateurs et les détachements avancés de renseignement font l’objet d’actions terroristes de la part de l’adversaire, bien souvent imprévisibles.

Nos artilleurs sont donc soumis à rude épreuve et le nombre de morts et de blessés dans le combat Afghan en est un vibrant hommage. Cette médaille à haute valeur symbolique, est le signe de la reconnaissance par nos chefs et plus largement par la Nation de l’héroïsme de nos hommes et de leurs engagements pour défendre les valeurs de notre République et les Droits de l’Homme sur tous les théâtres où la France intervient.

Cette reconnaissance, nous la témoignerons aussi à l’occasion des cérémonies du souvenir de la Première Guerre Mondiale, au cours de laquelle les artilleurs n’ont pas été les derniers à sacrifier leur vie, notamment sous les obus ennemis.

Soyons fiers de notre artillerie et de nos artilleurs, qu’ils soient des feux ou du renseignement. Jeunes ou anciens, ils ont montré et montrent encore que le courage, la compétence dans l’emploi de leurs systèmes et la bravoure ne sont pas des mots dépassés mais demeurent d’actualité.

Nous les Anciens, soyons les porte-voix de ces valeurs, à une époque où les jeunes notamment sont à la recherche des fondamentaux auxquels ils pourraient se rattacher pour aller de l’avant et sortir de ce défaitisme ambiant qui mine notre France.

Général de division (2s) Jean-Pierre Meyer
Président de la FNA

Cette reconnaissance est aussi à mettre en perspective avec celle dont nous avons fait preuve à l’égard du Général Coulloumme - Labarthe en publiant ses Carnets, ainsi qu’à l’occasion d’interventions de la FNA, en mettant en valeur son patriotisme, son sens de l’emploi des armes qu’il a pu servir et le meneur d’hommes qu’il a été, car même quand on sert un canon, ce sont toujours des hommes qui agissent derrière les tubes, au péril de leur vie.






____________

Fédération Nationale de l'Artillerie