INFORMATIONS PERMANENTES ET ARCHIVES > Archives des éditoriaux de la revue l’Objectif >
Editorial du n°151
 

La menace est dans nos murs.

Le début de l’année 2015 a été marqué en France, par l’horreur des attentats perpétrés à Paris. A cette occasion les Français ont pris conscience que leur liberté était menacée et ont réclamé des moyens pour la défendre.

Pour la première fois depuis des décennies, l’Armée assure sa mission de défense sur le territoire national. Le danger n’est plus à nos portes mais dans nos murs !

Les artilleurs, comme leurs frères d’arme, ont été mis en posture opérationnelle dans le cadre de l’opération Sentinelle. Les canonniers du 54e RA ont montré à Nice, leur sang-froid et leur professionnalisme en s’opposant, malgré leurs blessures, à une attaque terroriste sans faire usage de leurs armes au risque de dégâts collatéraux.

Qu’ils soient cités en exemple et récompensés comme ils l’ont été.

Le terrorisme agit de nouveau en France et aussi en Europe. Le mal se propage et l’union européenne doit agir.

Cette Europe prend elle aussi conscience qu’une autre crise se développe à ses portes en Ukraine ? Celle-ci met en œuvre des forces conventionnelles aéroterrestres d’une certaine ampleur : avions, chars, canons. ...

Avons-nous les moyens de faire face, pour le cas où la France dans l’Europe ou dans une autre coalition serait amenée à intervenir pour, là aussi, défendre nos libertés ?

Combien de canons, combien de chars en état de combattre efficacement ? Ne nous trompons pas, les forces aériennes ne font pas tout, même si en Irak, actuellement, elles sont les seules à être engagées.

Ces situations inquiétantes voire dramatiques mettent une fois de plus en exergue le besoin en renseignements pour anticiper la menace et prévenir l’action dévastatrice.

La nouvelle loi sur le renseignement sera présentée prochainement en mesure d’urgence à l’Assemblée Nationale. Elle concerne notamment les écoutes mais aussi la cybersécurité. Les armées seront aussi concernées par cette loi. N’oublions pas que nos artilleurs servent dans cette fonction opérationnelle et arment, presque en totalité, le renseignement d’origine image, le ROIM. 

Ce numéro de l’Objectif fait aussi le bilan de l’opération Sangaris, dans laquelle nos forces et nos artilleurs sont engagés en Afrique. C’est l’occasion de mettre en valeur nos régiments qui ont été honorés d’une citation avec remise de la croix de la valeur militaire pour leurs actions au Mali.

Dans un autre domaine et après une intervention de la Commission Européenne des Droits de l’Homme CEDH critiquant la France de porter atteinte à la liberté d’association dans les armées, le Président de la République a annoncé l’élaboration d’un projet de loi accordant aux militaires français un « droit d’association professionnelle adapté à l’état militaire, à l’exclusion de tout droit syndical ». Soyons vigilants pour que cette action n’altère pas la cohésion de nos forces qui en ont bien besoin dans ces périodes d’incertitude.

Enfin, sous l’impulsion du nouveau Chef d’état-major de l’Armée de terre, les forces terrestres vont être réorganisées. Au moment où j’écris ces lignes, les décisions ne sont pas encore connues. Souhaitons que nos responsables n’aient pas les yeux de Chimène que pour les forces spéciales ou celles qui leur sont proches, au détriment des autres plus conventionnelles et paraissant moins appropriées aux engagements actuels. L’Artillerie pourrait en être, alors qu’elle a toujours été le « dernier argument des rois ». Ne l’oublions pas.

Général de Division Jean Pierre Meyer
Président de la Fédération Nationale de l’Artillerie






____________

Fédération Nationale de l'Artillerie